Quel est l’avenir des moyens de paiement dans 10 ans ? Retour sur la soirée Meet The Payment de Limonetik

Bitcoin, paiement mobile, portefeuille mobile ou en encore carte cadeaux et chèques déjeuner dématérialisés, l’économie numérique transforme tous les secteurs et crée de nouveaux usages et de nouvelles opportunités.

Limonetik nous a proposé ce mercredi 12 février un panel d’intervenants orchestré par Eve Chegaray de BFM.

Cette table ronde comprenait :

– Son Nguyen de vente-privée.com

– Delphine Desgurse du Groupe La Poste

– Yann Gourvenne, un ancien de Orange Business Services et fondateur de Visionary Marketing

– Pascal Burg du cabinet Edgar Dunn

– Hervé Kabla de Media Aces

– Christophe Bénavent de l’Université de Paris Ouest.

Avec plus de 240 sociétés recensées en France, le marché des nouveaux moyens de paiement semble sans limite pour les créateurs d’entreprise. D’ici 10 ans, la plupart d’entre eux n’existeront probablement plus alors quelles sont les avantages différenciants qui leur permettront de survivre ?

Ces profils venant de diverses horizons nous ont donné leur vision sur ce qui sera ou ne sera pas le paysage du paiement dans 10 ans. M-paiement.fr était présent lors de cette soirée et vous donne les grandes idées soulevées lors ce cet évènement.

moyens de paiement dans 10 ans

Le paiement mobile, un son de cloche qui retentit depuis quelques années

Les nouvelles formes de paiement sont, depuis les années 90, en plein bouleversement. Tout a commencé avec le micro-paiement, puis est venue la vague du m-banking et du paiement mobile et du paiement sans contact. Mentionnés depuis de nombreuses années, ce n’est qu’il y a trois ans que les solutions de paiement mobile se sont concrétisés. De Square aux Etats-Unis, en passant par iZettle en Europe, les business modèles de l’acquisition de paiement par carte se transforment ! Les banques, conscientes du pouvoir des services à valeur ajoutée qui gravitent autour de ce nouveau marché, prennent enfin les devants et lancent à leur tour leurs solutions de « Mobile Point of Sale » et « Mobile Wallet » ou portefeuille mobile.

Aujourd’hui, les nouveaux moyens de paiement sont en plein boom. L’appétence des nouveaux entrants est par conséquent à son comble. Cependant, au vu des nombreuses spécificités géographiques, le marché regorge d’opportunités à saisir. Par exemple, même si en France la carte est populaire, nos voisins allemands eux préfèrent toujours le cash. Autre situation, en Italie, le E-commerce est perçu avec méfiance. De l’autre côté de l’Atlantique, nos amis américains découvriront seulement en 2015 la carte à puce.

Enfin, plusieurs secteurs sont impactés directement par les nouveaux usages liés à la mobilité. Les retailers ont là un challenge supplémentaire à relever et à intégrer dans le stratégie de digitalisation des points de vente.

En ce qui concerne la démocratisation du NFC, Yann Gourvenne avance que malgré une croissance positive, le NFC ne représente qu’une part infime dans le total des paiements. Une étude Gartner estimait d’ailleurs à 2% le nombre de transaction NFC en 2013.

L’acte de paiement devient transparent dans le parcours client

Une des tendances mises en avant par Delphine Desgurse est l’effacement de l’acte de paiement en tant que tel. Avec les nouveaux business modèles proposés, l’acte d’achat est de plus en plus rapide et fluide et « le passage à la caisse » y est presque invisible. L’achat devient indolore.

En mobilité, Uber est un parfait exemple. Plus besoin de sortir sa carte de crédit pour payer, le montant de la course est directement débité sur le compte du client. Celui-ci dès son inscription accepte d’enrôler sa carte de crédit.

UBER

UBER

En point de vente, les systèmes types Beacon de Paypal permettent une géolocalisation in-store qui va identifier la présence du client en magasin ou à proximité du lieu. Le consommateur pourra alors réaliser ses achats à distance et être prélevé directement sur son compte.

Simplicité, sécurité et fluidité restent le graal des commerçants et des e-commerçants 

Les nouveaux moyens de paiement doivent répondre à plusieurs critères : simplicité, sécurité, fluidité, utilité, flexibilité, transparence… Ces challenges à relever sont parfois contradictoires. Le 3D Secure est un parfait exemple où sécurité et simplicité ont un peu de mal à cohabiter.

Pour Son Nguyen de vente-privée.com, le chantier de la dématérialisation des paiements est un chantier que ce géant du E-commerce prend de front. vente-privée.com garde au centre de leur stratégie, la fluidité et la rapidité du parcours client.

Certains services émergent pour facilité la multiplication des moyens de paiement comme par exemple le One Coin qui réunit en une seule carte une multitude de carte que ce soit des cartes de crédit, de débit, des cartes privatives ou de fidélité. Ce modèle, possible seulement aux Etat-Unis ou du moins dans les pays où les paiements Magstripe sont possibles, nous laisse une impression d’usages futuristes et novateurs.

Demain les moyens de paiement utilisés dépendront de l’arbitrage des consommateurs fait par les consommateurs

D’un point de vue consommateur, Christophe Bénavent de l’Université de Paris Ouest souligne que dans 10 ans tout se jouera sur l’arbitrage. Le consommateur privilégiera les moyens de payer complémentaires qui lui permettront d’être désinhiber au moment de l’achat. Par exemple, le fait de coupler à l’achat des offres promotionnelles, des coupons de réduction ou de convertir des points de fidélité préalablement gagnés.

L’inégalité qui se creuse en termes de pouvoir d’achat est également une des causes à ce phénomène. Le consommateur regarde de plus en plus à la dépense et ne se prive plus pour comparer plusieurs sites marchands. Avec l’accès facile aux avis de consommateurs, aux forums d’échanges et aux réseaux sociaux, le consommateur a les cartes en main pour faire des choix rationnels.

De plus, avec la crise économique, l’achat est devenu un synonyme de la dette. Les moyens de paiement qui survivront dans 10 ans seront donc ceux qui permettent de se sentir décomplexés vis-à-vis de l’achat.

Enfin, même si l’engouement pour les monnaies anonymes et neutres comme le Bitcoin est grandissant, le manque de régulation et la perte de contrôle des autorités risquent fortement de faire avorter ces nouveautés.

« L’éducation » auprès des commerçants et des utilisateurs toujours insuffisante pour une véritable adoption des nouveaux moyens de paiement

La technologie est prête et à portée de tout le monde. Les applications fonctionnent, le réseau est bon, les smartphones sont là… Tout est réuni pour que ça marche… MAIS l’utilisateur reste toujours conservateur, surtout en France !

L’adoption des nouveaux moyens de paiement est encore peu répandue. Comme dans tous les domaines il y a des « évangélisateurs » mais le marché du paiement est avant tout un marché de masse. Un marchand qui met en place une solution novatrice sur son point de vente est supposé la maitriser pour pouvoir l’expliquer à son client. Aujourd’hui, ce n’est pas encore le cas.

L’éducation des nouveaux moyens de paiement passe de plus en plus par de la communication traditionnelle. Nous pensons à Visa qui a lancé sa campagne publicitaire pour ses cartes NFC et son e-Wallet V.me

Le parcours est un élément clé, les tests sont à multiplier. C’est ce que recommande d’ailleurs Hervé Kapla de Media Aces, qui prône le « corridor tester ». En d’autres mots, faire tester à des voisins pris au hasard une application qu’ils ne connaissent pas, la règle d’or étant de ne pas la faire tester plus de 3 fois à la même personne.